Dématérialisation des titres de transport : et ailleurs, comment ça se passe ?

Article publié le 02/04/2019

Dès la rentrée, les Tickets t+ et les passes Navigo Semaine et Navigo Mois seront chargeables sur téléphone. Et depuis quelques mois, il est possible de recevoir un Ticket d’Accès à Bord par SMS pour monter dans le bus… Si ces solutions promettent de révolutionner notre quotidien et notre manière de voyager en Île-de-France, des initiatives semblables sont en place à travers le monde. L’occasion de prendre un billet (sans contact) pour voir comment cela s’y passe.  

EN FRANCE

  • À Dijon, la dématérialisation au cœur des transports urbains

Depuis un an, la métropole de Dijon, en Côte-d’Or, offre la possibilité aux utilisateurs de ses deux lignes de tramway de payer leur trajet en posant directement leur carte bancaire sans contact sur les bornes installées dans la rame. Autre possibilité : présenter sur les valideurs un smartphone équipé du service de paiement mobile d’Apple, Apple Pay.

  • À Toulouse, le smartphone permet l’achat et la validation de tickets

Tisséo, le réseau de transports en commun de Toulouse et sa région, a lancé il y a un an « Ticket easy », une application mobile disponible uniquement sur Android. Son but : permettre aux voyageurs d’acheter un titre de transport avec leur smartphone puis de franchir les tourniquets en passant ce dernier sur les validateurs du réseau.

À L’ETRANGER

  • À Londres, la carte bleue et le smartphone font office de tickets

« Pay as you go ! » (« Payez et passez ! »). Depuis 2012, Transport for London (TfL), la société qui exploite les transports en commun dans la capitale britannique, propose à ses usagers de payer leurs titres de transports avec une carte bleue sans contact ou un smartphone équipé de la technologie NFC. Les voyageurs, en posant l’un ou l’autre sur une borne prévue à cet effet, peuvent emprunter les lignes de bus, de métro ou de train sans passer par la case guichet.

  • À Chicago, les smartphones se transforment en tickets grâce aux QR codes

À l’image des billets d’avion, les titres de transport peuvent aussi prendre la forme de QR code. À Chicago (USA), une application mobile permet ainsi aux usagers des transports en commun de la ville d’acheter leurs titres de transport via une application mobile qui, par la suite, génère à la demande des QR codes. L’usager n’a plus alors qu’à les présenter devant les bornes dédiées pour accéder aux trains, métros et bus du réseau chicagoan.

  • À Luxembourg, un SMS = un ticket

Pour emprunter les transports luxembourgeois, il est possible d’acheter son titre de transport en envoyant un SMS à un numéro dédié. En retour, l’usager reçoit un code qui certifie qu’il a acheté un ticket. Le montant du trajet est ajouté à sa facture téléphonique. Un système très proche du « Ticket d’Accès à Bord par SMS » mis en place par Île-de-France Mobilité.

  • À Hambourg, les balises beacon au service des usagers des transports en commun

Les usagers de la Hamburger Hochbahn – la compagnie qui exploite les transports en commun hambourgeois – peuvent acheter leurs titres de transport via une application mobile. Lorsqu’ils arrivent à proximité d’une station de métro ou d’un arrêt de bus, leur smartphone détecte l’un des beacons – petits boîtiers physiques qui émettent un signal Bluetooth – installés dans la zone qui « réveille » l’application. Cette dernière propose alors à l’usager un lien direct vers la liste des tickets qu’il a achetés. Il n’a plus qu’à cliquer sur celui qu’il souhaite utiliser et le tour est joué !

  • À Stockholm, une puce sous-cutanée pour stocker les billets de train dématérialisés

En Suède, et plus particulièrement à Stockholm, un peu plus de 4000 personnes se sont volontairement fait implanter une puce RFID (pour Radio Frequency Identification) sous la peau, au niveau du poignet. Sorte de porte-monnaie électronique, elle leur permet entre autres choses de prendre le train sans billet. Concrètement, après avoir souscrit à un forfait auprès de la compagnie ferroviaire SJ, l’usager se voit délivrer un identifiant.

Grâce à lui, il peut depuis son ordinateur ou l’application mobile de la compagnie suédoise acheter des tickets dématérialisés qui seront alors stockés dans sa puce sous-cutanée. Une fois dans le train, il n’aura plus qu’à présenter son poignet au contrôleur qui, équipé d’un lecteur spécifique, pourra visualiser le ticket électronique. Une méthode un peu extrême que l’on n’est pas sûr de vouloir voir importer dans nos contrées.

 

Actualités

Votre mobilité se transforme, le dispositif d’Île-de-France Mobilités pour tester et expérimenter des services innovants aussi!

Parce que notre priorité a toujours été de nous améliorer pour vous offrir une expérience utilisateur la plus aboutie possible, nous faisons évoluer notre dispositif d’expérimentations numériques. Notre ambition : permettre à plusieurs panels d’utilisatrices et d’utilisateurs d’expérimenter et de tester de nouveaux services numériques de mobilité. Notre volonté : vous placer au cœur de notre action […]

:

Expérimentation du service Navigo Liberté + sur Carte Bancaire

À partir du mois d’avril 2022, pour une durée de 3 mois, 100 testeurs prendront part à l’expérimentation du service Navigo Liberté + sur la carte bancaire Manager.one. On vous dit tout pour mieux comprendre ce nouveau service ! En quoi cette expérimentation consiste-t-elle ? Il s’agit d’avoir un support tout-en-un : votre carte bancaire […]

:

Testez la fonctionnalité « Assistant Parc Relais » en avant-première sur Île-de-France Mobilités Lab 🚗

De quoi s’agit-il ? Cette nouvelle fonctionnalité, uniquement disponible sur votre application Île-de-France Mobilités Lab, vise à réconcilier déplacements routiers et transports collectifs en vous proposant d’intégrer l’utilisation de votre navigateur routier à l’application Île-de-France Mobilités Lab.  Pour qui ? Si vous résidez en moyenne et grande couronne parisienne à distance d’une offre de transports […]

: